Archives mensuelles : avril 2014

bouse-de-vache-au-chocolat

Bousse au chocolat de Marguerite et crème anglaise

Avec le P’tit, on a un secret : la bouse de vache. Il adore ça ! C’est comme cela qu’il appelle la mousse au chocolat noir : de la bouse de vache. Il la dévore avec tellement d’engouement que je lui en fait avec plaisir :-)

Je luis sers une mousse au chocolat version Pierre Hermé, légèrement modifiée pour qu’elle soit mois dense et moins riche, moins PH en somme.

mousse-au-chocolat-noirbouse-de-vache-au-chocolat

Pour 6 petites verrines de 6 ans, il faut :
- 100 g de chocolat noir 50 à 60 % de cacao
- 5 cl de lait
- 1 jaune d’oeuf
- 50 g de sucre
- 3 blancs d’oeuf

Faire fondre le chocolat avec le lait au micro-onde par tranche de 30 secondes.
Battre les blancs d’oeuf en neige avec une petite pincée de fleur de sel.
Battre le jaune d’oeuf et le sucre en mousse. Ajouter le chocolat fondu, puis les blancs en trois fois.
Laisser refroidir jusqu’à la consistance souhaitée. Un certain l’aime encore liquide.

Et là, il nous reste 2 jaunes d’oeuf. Que faire ? Et bien nous avons notre deuxième petit secret : la crème anglaise. Lui l’aime froide et moi chaude allongée d’un expresso.

Pour une crème anglaise avec 2 jaunes d’oeufs : battre les oeufs avec 60 g de sucre et 50 cl de lait. Ajouter 1 cuillère à soupe d’arôme vanille. Mettre à cuire jusqu’à la consistance souhaitée.

A bon entendeurs gourmands, bonne dégustation !

creme_anglaise

meringue-moelleuse

Recettes aux blancs d’oeuf : congolais et meringues

Au congélateur, j’ai trouvé une boîte contenant 4 blancs d’oeuf. Je les avais mis de côté pour ne pas les jeter, tachons donc de les utiliser avec économie. J’ai également un petit carnet magique où je note les recettes classiques inratables, ainsi que les gros ratés à ne jamais réitérer.

meringues-croquantes

Me voici donc avec une recette ultra simple de meringue et une autre de congolais, cuisson 15 min à 150°C toutes les deux. C’est parfait !

Pour les meringues :
Battre 2 blancs d’oeufs en neige. Lorsqu’il est pris, verser petit à petit 100 g de sucre toujours en battant. Il faut bien serrer les blancs jusqu’à former des becs d’oiseau.
Former des petites meringues longues comme un auriculaire pour des petites meringues croquantes (idéales pour le café).
Faire aussi des meringues plus épaisses de 5 cm environ pour des meringues au coeur fondant (top en dessert !).
Cuire au four 15 min à 150°C.

Petit point sur les ustensiles :
- la feuille de cuisson : Z’Hom a acheté des feuilles de cuisson avec un revêtement de Teflon. C’est révolutionnaire : économique, écologique, pratique et surtout sans odeur. C’est vraiment top ! Je les recommande pour les meringues.
- la poche à douille : pratique mais pas indispensable. Faux ! Munissez-vous d’une poche pour éviter d’en mettre partout. Peu importe l’embout, pourvu qu’il y ait un trou.
- le batteur électrique : très pratique et très indispensable. Faux ! Mon frère y arrive à la main.
- les moules en silicones : déjà essayé, jamais réussi. La meringue ne sèche pas de manière uniforme.

Pour les congolais :
Mélanger 100 g de noix de coco et 100 g de sucre. Ajouter 1 cuillère à soupe d’arôme vanille et 2 blancs d’oeuf. Mêler intimement.
Faire des quenelles à l’aide de 2 petites cuillères à café. Cuire au four 15 min à 150°C.

meringue-moelleuse congolais-noix-de-coco-vanille

levain-naturel

Levain naturel : comment nourrir Bobby ?

Ce post est spécialement dédié à Philippe qui me garde gentiment Bobby le levain. Philippe, tu vas pouvoir regarder Bobby dormir, tu auras la joie de le réveiller chaudement, lui donner la becquer tendrement et le regarder joyeusement buller. J’aurais pu déshydrater mon levain, mettre les paillettes dans un petit pot puis les réhydrater en rentrant. Mais je n’aurai plus eu le même affect avec mon Bobby :-(

levain-naturel

Bref, voyons plutôt quand, comment, pourquoi nourrir Bobby, où le mettre à dormir, etc.

Comment nourrir le levain naturel ?

1/ Mettre le pot de levain sur la balance, tarer.
2/ Ajouter le même volume en farine bio T110.
3/ Ajouter ce même poids en eau du robinet, à température ambiante.
4/ Le levain naturel va manger et digérer. Cette activité le fait buller. Il prend du volume : + 1/3, voire le double.
5/ Quand il a fini, le levain retombe. Cela prend environ 6 à 10 heures.

Quand nourrir le levain naturel ?

Plus le levain a faim, plus il a une odeur acidulée. Une couche de liquide jaune peut apparaître sur le dessus. Ce n’est rien, il suffit de le mélanger à nouveau.

On peut le nourrir :
- dès qu’il a fini de digérer, c’est à dire après l’étape 5. C’est ma technique pour le multiplier rapidement avant de faire un pain. (Pour 500 g de farine, il faut 150 g de levain naturel.)
- une fois par semaine, si on le laisse dormir au réfrigérateur.

Où le levain naturel peut-il dormir ?

1/ A température ambiante, le levain naturel préfère les zones à l’ombre et tempéré. On évite aussi les courant d’air pendant qu’il mange. Mais le levain aura faim plus souvent, il faudra le nourrir au moins toutes les 48 heures.

2/ Au réfrigérateur, le levain se met au ralenti et s’endort. Il faudra le réveiller au bout de 6 jours en le sortant à température ambiante. Quand il se sera réchauffé, on peut le nourrir.

Si t’as une question , n’hésite pas à m’envoyer un mail ou me laisser un commentaire (j’espère avoir accès à mon admin à Shanghai).

Have fun !

PS : N’hésite pas à tenter ta recette de baguette. En générale, avec la technique 1-2-3, on fait 150 g de levain + 300 g d’eau + 450 g de farine. Bibi !