Archives de catégorie : vin

Bière Garona white IPA Mandarina Bavaria

La bière artisanale des bordelais

A Paris, je connaissais la brasserie « The Frog », Cours Saint-Emilion. A côté du quartier huppé des bars à vins, on pouvait déguster des bières hors de prix brassées sur place. C’était impressionnant à voir : tous ces fûts énormes, et ces tuyaux brillants qui traversaient le pub du sol au plafond.

C’est 15 ans après que je découvre qu’il s’agit en fait d’une chaîne de pubs « français » (façon pub anglais) nommée « Frog & Rosbif ». Merci mon pote brasseur bordelais ! Des pubs anglais et irlandais, il y a en a foison à Bordeaux : entre la place des Chartrons, la place du Parlement et les quais, il y a le choix ! Cette ambiance festive, conviviale et sportive scie bien aux gens du Sud-Ouest. On boit de la stout, on mange du « pulled pork on nachos », des « buwrgewrs » (burgers) et on regarde du rugby, tout en jouant aux fléchettes.

C’est aussi 15 ans après que je découvre le club des brasseurs amateurs bordelais. Ils brassent leurs bières entre copains, s’échangent des fûts, des recettes et quelques bouteilles, font des démonstrations au Festival du BLIB et surtout « craft » de la bière artisanale locale.

 

Ainsi, avec les copains / collègues / amateurs de bières, on se retrouve au Zytho, autour d’une boîte de pâté et des chips, pour savourer la production locale. C’est tellement à la mode que les actifs trentenaires se reconvertissent professionnellement en brasseurs, plutôt que d’aller élever des chèvres dans les Pyrénées. Je ne sais pas si je préférais l’époque des jeunes chefs de télé-réalité.

Google Maps compte une petite douzaine de brasseries artisanales aux alentours de Bordeaux. (Les Pages Jaunes en liste bien plus, mais compte aussi les restaurants.) Il y en a même une à côté de chez moi qui brasse la bière « Garona« . Je suis quasiment tombée amoureuse de sa white IPA « Madarina Bavaria ». Au delà d’un effet de mode, je trouve très intéressant de re-découvrir la bière houblonnée. Elle est fraîche, savoureuse, fruitée et épicée. C’est un réelle plaisir de « goûter » une bonne bière. Oui, on la savoure aussi, mais ce n’est pas pareil. La bière est un produit convivial et accessible. Elle reste un produit simple. C’est un peu comme manger des tomates en été : peut-on dire qu’on les savoure plus ? Pas exactement, elles sont juste meilleures en tout point de vue.

Bière Garona white IPA Mandarina Bavaria

Bière Garona white IPA Mandarina Bavaria

Crepuscule-de-fruit

Crépuscule de fruits : Merlot et Abouriou

J’ai invité un ami à déjeuner et j’ai osé lui proposer des pâtes. Le Zhomme avait tellement honte qu’il en oubliait que mon ami était végétarien. J’ai fait des linguines, fondue de poireaux et sauce au Roquefort. Quelques pignons de pin grillés sur le dessus, et voici un plat complet. Pour accompagner, il me fallait un vin doux et fruité. Mais surtout pas de vin blanc, déjà qu’il n’y avait même pas de lardons dans la fondue de poireaux !

Un vin du Beaujolais était le premier choix, finalement, je suis tombée sur de l’Abouriou. Un cépage vieux comme le monde, rustique comme je les aime, propre de la région sud-ouest. Il a été remis au goût du jour par les vignerons de la cave des Côtes du Marmandais. Pour la petite histoire, c’est la seule maison à avoir une étiquette officielle « Lafitte », vendue chez Carrefour en Asie.

Dégustation Côtes du Marmandais, Crépuscule de fruits Merlot & Abouriou : joli assemblage tout en douceur, qui a besoin de temps pour s’ouvrir. Le nez est peu parfumé, à peine de fruits rouge et de chocolat. Très agréable en bouche : tanin soyeux et légèrement astringent, de la fraise fraîche du Merlot et quelques cerises burlat de l’Abouriou. Un corps léger, du fruit ; parfait en été.

Crepuscule-de-fruit

I invited a friend for lunch and I suggested a menu with pasta. Zhomme was so ashamed that he forgot that my friend was a vegetarian. I made linguine, leeks fondue in Roquefort cheese sauce. Some toasted pine nuts on top, and this was a complete dish. To accompany, I would like a sweet and fruity wine. But certainly not white wine, already there was not even a bacon in the leeks!

A Beaujolais wine was my first choice, I finally came to the Abouriou. An old grape variety, rustic, from the southwest region. He was brought up to date by the winemakers of the Côtes de Marmandais cellar. About them, they are the only domain to have an official label named « Lafitte », sold at Carrefour in Asia.

Tasting of Côtes de Marmandais Crépuscule de fruits Merlot & Abouriou: pretty smooth assembly, which needs time to open. The nose is slightly fragrant, young red fruits and chocolate. Very pleasant in the mouth: silky and slightly astringent tannins, fresh strawberry Merlot and some cherries Burlat from Abouriou. A light body, fruit : perfect in summer.

etiquette-Cadet-Piola

Château Cadet-Piola 2001, Saint-Emilion Grand Cru

2001 est l’année où j’ai eu mon bac. Je n’en suis pas plus fière que ça, mis à part le calcul au dixième de point près qui m’a permis de l’avoir haut la main avec un beau 10,11 sur 20 ! Dès le début d’année, on choisit minutieusement les bonnes options qui nous permettront de gratter des points. C’est ainsi que j’ai eu mon bac scientifique options Chinois et Arts plastiques.

Oui, je ne cesserai de répéter aux nouvelles générations que le bac, ça se prépare ! Tout comme la dégustation d’un Grand cru classé bordelais de la même année, tout comme un évènement qui ne se produira qu’une fois dans sa vie.

etiquette-Cadet-Piola

En effet, Château Cadet-Piola a été déclassé depuis son rattachement en 2009 à son voisin, le Château Soutard. Ce dernier, de son haut plateau parfaitement orienté face au soleil, vise le classement des Grands Crus de Saint-Emilion de 2022 (presque toutes les décennies, le dernier date de 2012).

C’est une assez bonne nouvelle pour nous, les consommateurs lambda. Un vin qui n’est pas officiellement classé est moins onéreux. Malgré cela, les grappes bien mûres sont toujours triées à la main dès la vigne, la table de tri accueille de jolis grains “de dessert”, pour ne pas dire ”du caviar”, le vin vieillit dans une vieille cave creusée à la main, à température ambiante de 13°C… Tous les éléments sont réunis pour produire des vins fins de grande qualité, mais un seul nom figurera dans la liste des Grands Crus de Saint-Emilion.

Côté dégustation donc, il faut ouvrir le vin une bonne heure à l’avance. Pas besoin de le carafer, les parfums se développent doucement et en rondeur, et il y a très peu de dépôts. Contrairement au Château de France dégusté un an plus tôt, le Saint-Emilion n’a pas besoin de 30 ans pour poncer son acidité et son tanin.

Assemblage de Merlot, Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc et Malbec. La dominante Merlot s’exprime avec féminité, les saveurs de fruits rouges et noires sont fraîches et acidulés. L’assemblage est harmonieux dans le vieillissement : j’adore les parfums de rose et violette du Malbec. Le bois soutient les fruits mais n’est pas dominant. Il sent timidement la vanille.

Je l’ai choisie pour suivre des brochettes de poulet – pomme marinés au colombo et du riz pilaf (badiane, cardamone, piment).  Un vin trop classique pour un plat aussi exotique penserons-nous aux premiers abords. Cependant, j’aime beaucoup marier les viandes sucrées-salées avec les épices. Pour accompagner, il fallait du corps, des fruits, de la rondeur et de l’astringence pour laisser parler les épices.. C’est pour cela que j’aime les vins à dominante Merlot sur le terroir bordelais.

Autre exemple ICI avec le Listrac-Médoc Château Baudan et un poulet caramélisé.

Encore un accord que j’adore : un bon vin rouge mérite un bon chocolat. Le dessert ne pouvait être que le coeur coulant de Christophe Michalak, au chocolat Taïnori 64% de Valrhona.

epices_riz-pilaf

2001 was the year I got my high school diploma (baccalauréat). I’m not so proud, apart from the calculation to the nearest tenth of a point that allowed me to have it with a nice 10.11 out of 20 ! From the beginning of the year, we carefully choose the right options that will allow us to scrape points. This is how I got my « bac S » (science diploma) with Chinese and Fine art options.

Yes, I will continue to told the new generations that this diploma takes planning! Just like the tasting of a Grand Cru Classé Bordeaux wine from the same year, as an event that will occur only once in a lifetime.

Indeed, Château Cadet-Piola has not been classified since its incorporation in 2009 to its neighbor, Château Soutard. From its high plateau perfectly oriented to the sun, Château Soutard aims for the 2022 classification of Saint Emilion Grands Crus (almost every decade, the last date in 2012).

This is pretty good news for us, the ordinary consumers. A wine that is not officially classified is less expensive. Despite this, ripe grapes are still hand-picked from the vine, the sorting table hosts beautiful grains  » for dessert », if not « as caviar », wine aging in an old cellar hand dug at room temperature of 13 ° C … All the elements come together to produce fine wines of great quality, but only one name will appear on the list of Grands Crus Saint Emilion.

About tasting, open the wine an hour in advance. No need to decant, perfums develop gently and rounded, and there are very few deposits. Unlike Chateau de France enjoyed a year earlier, the Saint-Emilion does not need 30 years to sand acidity and tannin.

A blend of Merlot, Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc and Malbec. The dominant Merlot expresses femininity, flavors of red and black fuits are fresh and tangy. The assembly is harmonious in aging: I love the scents of rose and violet from Malbec. Wood argues fruit but is not dominant. It smells shyly vanilla.

I chose this wine to follow the chicken – apple skewers marinated in colombo sauce and pilaf rice (star anise, cardamom, chili). A very classic wine for such an exotic dish will we think at first glance. However, I love marry sweet and sour meat with spices. To accompany, we need body, fruits, roundness and astringency to let spices talking. That’s why I like Merlot dominated wines on the Bordeaux terroir.

Another example HERE with the Listrac-Médoc Château Baudan and caramelized chicken.

Another agreement that I love: a good red wine deserves a good chocolate. Dessert must be the flowing heart of Christophe Michalak, chocolate Valrhona Taïnori 64% (chocolate sponge cake with flowing chocolate center).

Kevin-vigne-Loupiac-Cadillac

Vidéo dans les vignes

Pour faire une jolie vidéo dans les vignes, l’idéal serait d’étaler le tournage sur les quatre saisons. On aurait de jolies vrilles séchées qui s’accrochent aux  fils en hiver, des fleurs blanches par milliers au printemps, de jeunes grappes verdoyantes et prometteuses en été, et enfin des hottes de vendanges débordantes de grappes violettes en automne.

Mais voilà, la demande cliente est ainsi faite : on a deux semaines et il faut que cela envoie du rêve. Ah. Et bien, les fleurs sont passées, les grappes ne sont pas encore mûres… défi relevé !

Sandrine du château de Rouquette (le Loupiac dont je parle ici) nous prête gentiment son domaine. Et nous voici partis, “caméra au point” et drone sous le bras. Le résultat est classe sans trop de blin bling, humain, voire poétique à certain moment (vidéo de 10 min). Voici un extrait :

ScreenShot-video

On a eu un temps mitigé entre pluie et éclaircie, beaucoup de vent et des grillons. Kévin, notre caméraman, a épaté les habitants de Cadillac avec son jolie drone blanc. Tandis qu’il me faisait courir entre les lignes de vigne pour trouver LA petite perle de pluie accrochée aux grains de raisin. J’ai aussi découvert le merveilleux métier d’Umbrella Girl : un must pour toutes les grandes fans de beaux matos comme le 5D ! Kévin a un petit air de Marco Simoncelli sous la pluie.

Kevin-vigne-Loupiac-Cadillac

Pour la petite anecdote : j’adore retrouver la chambre “abeille” chez Sandrine. Son papier peint bleu sérigraphié d’abeilles dorées rappelle l’histoire d’une rûche bien bruyante, trouvée dans la cheminée.

To make a nice video in the vineyards, the ideal would be to set the shooting during four seasons. It would have pretty dried tendrils clinging to cables in winter, thousand of white flowers in spring, young green and promising grappes in summer, and finally cases overflowing purple harvest bunches in autumn.

But now, the client order is thus made: we have two weeks and it will make you travel into vineyards. Ah. Well, the flowers are past, the grapes are not yet ripe … challenge met !

Sandrine of Château de Rouquette (Loupiac wine I’m talking about here) kindly lends her domain. And here we are, the camera in one hand and a drone in the other hand. The result is quite beautiful, let’s have a flight with this extract.

We had mixed weather between rainy and sunny, windy and crickets. Kevin, our cameraman, wowed locals Cadillac people with its pretty white drone. While he asked ​​me running between vine rows to find THE little pearl of rain clinging to grapes. I also discovered the wonderful profession of Umbrella Girl: a must for all fans of nice stuff like the 5D! Kevin has an air of Marco Simoncelli under the rain.

For the anecdote: I love returning to the « bee » room at Sandrine’s. Its blue wallpaper silkscreened with golden bees recalls the story of a noisy beehive, found in the chimney.

bouquet-rose-persil

Menu Fête des mères

Voici le charmant bouquet qu’on m’a offert au marché : rose jaunes et persil plat :-)

bouquet-rose-persil

Pour la fête des mères, nous avons cuisiné à quatre mains et pas une dispute. Voici le menu :

- apéritif au Champagne avec huîtres n°3 et crevettes grises, pain multi-céréales et beurre demi-sel

- en entrée : un Chablis pour accompagner des queues de langoustines, foie gras poêlé, roquette et vinaigrette framboise – basilic

- puis des huîtres chaudes gratinées persil et parmesan

- un granité de citron jaune à la vodka Beluga

- en plat  principal : un A.O.C. Faugères pour des brochettes de canard et foie gras, des abricots poêlée, des grenailles Rattes et des pois gourmands (les abricots étaient peut-être de trop).

- en dessert : je me suis trompée sur la présentation. Cela devait être des quenelles de sorbet de mangue, petit fondant au chocolat et crème anglaise. Ce fût un moelleux au chocolat (différence très significative !) servi avec une épaisse crème anglaise, une quenelle de sorbet et quelques framboise fraîches.

Les associations de saveurs étaient réussies. Le secret d’un tel repas réside dans le choix des vins, certes, mais également dans les quantités. Nous fûmes repus, mais pas trop, gais, mais pas saouls. Contents !

huitres-chaudes-gratinees

For Mother’s Day , we cooked for four hands and not a quarrel. Here is the menu :

- Champagne aperitif with oysters n° 3 and little grey shrimps, multi-grain bread and salted butter

- Starter : a Chablis to accompany langoustines, foie gras, arugula and raspberry vinaigrette with basil

- Then oysters gratined with parsley and parmesan chees

- A lemon and vodka Beluga granita

- Main course : an AOC Faugères for skewers of duck and foie gras, grilled apricots, Ratte potatoes and peas (perhaps apricots were too much)

- Dessert : I was wrong about the presentation. This should be two mango sorbet quenlles, chocolate fondant and little bit of custard. It was a chocolate cake (very significant difference !) served with thick custard, a quenelle of sorbet and some fresh raspberries.

Associations flavors were successful. The secret of such a meal lies in the choice of wines, certainly, but also in the quantity. We were fed, but not too much, joyfull, but not drunk. Happy!

Tour-Penedesses

Les Raisins de la colère, Domaine de la Tour Penedesses, AOC Faugères

Le Domaine de la Tour Penedesses est la propriété d’Alexandre Fouque. Lui et son épouse gèrent leurs différentes appellations avec passion et patience : on les retrouve au Salon des Vignerons Indépendants et même à Shanghai.

Côté marketing, ils font partis de ceux qui osent l’étiquette violette en velours et les cartes de visite en chinois. Côté vin, mon homme en est tombé amoureux au point qu’il m’a laissé sa carte bleue (!), et qu’au final, il n’a rien à regretter.

Pour présenter les Raisins de la colère, voici d’abord toute la partie technique, résumé méticuleux, agréable, passionnant mais concis : ICI

Je ne citerais qu’une phrase : “Alliance de la puissance d’un Languedoc et de la féminité d’un Bourgogne”. C’est exactement ça. La dégustation de ce vin m’avait laissé le souvenir de petits fruits noirs, de tanins soyeux et de retour chocolat.

Le nom des Raisins de la colère est également très bien choisi. Il sonne fort en écho au goût du vin et rappelle le film the Grapes of wrath. Il rappelle combien la terre est importante : le sol, le terroir, l’héritage. (Vin parfait pour la Fête des mères !)

Je l’ai donc choisit pour accompagner des brochettes de magrets de canard et foie gras. Nous aimons le canard en sucré-salé : une gastrique à la framboise et au miel est simple et suffisant. Je voulais un vin avec du caractère, du poivre et beaucoup de fruits.

Mais je voulais aussi un équilibre acidité – tanin pour préserver le foie gras cru, juste grillé sur la brochette. Grâce au bâtonnage et aux barriques neuves, le tanin des Raisins de la colère est soyeux malgré son jeune âge. Nous l’avons donc laissé aérer deux bonnes heures avant de le déguster.

Il s’agit de l’alliance met-vin le plus réussi jusque là.

Tour-Penedesses

The Domaine de la Tour Penedesses is Alexander Fouque property. He and his wife manage their different AOC appellations with passion and patience : find them at the Salon des Vignerons Independants and even in Shanghai.

Marketing side , they are part of those who dare to label with purple velvet and use Chinese business cards. Wine side, my boyfriend fell in love to the point that he left me his debit card (!), and in the end, he has nothing to regret.

To present the wine « Les raisins de la colère » , here first all the technical sheet : a meticulous, nice, exciting yet concise abstract : HERE.

I would quote one sentence : « Alliance of the power of a Languedoc and femininity of a Burgundy . » That’s exactly it. Tasting this wine left me memories of dark berry fruits, silky tannins and chocolate back.

The name Les raisins de la colère is also very well chosen. It sounds echoing the strong taste of the wine and reminds the film The Grapes of wrath. It recalls how the land is important: soil, terroir, inheritance.

So I chose to accompany skewers of duck breast and foie gras. We love the sweet and sour duck: gastric raspberry and honey is simple and sufficient. I wanted a wine with character, pepper and lots of fruit.

But I also wanted a balance of acidity and tannin to preserve the foie gras, just grilled on skewer. With stirring and new oak, tannin of Les Raisins de la colère is silky despite his young age. So we left airing two hours before serving .

It is the wine pairing the most successful so far.

AOC-Chiroubles

AOC Chiroubles Les Rapines

J’ai goûté par curiosité un AOC Chiroubles, un vin rouge du Beaujolais. Ce nom me disait bien quelque chose, mais en fait… non. Je pensais plutôt à une crème chibouste. C’est la version allégée de la crème pâtissière ; rien à voir.

Tout cela pour dire que c’est un bon vin du Beaujolais : simple, plein fruits et peu tannique. Il est même plutôt doux. Il faut aller cherche la toute petite pointe d’acidité qui réside dans la longueur en bouche. Bref, c’est un vin très sympa à boire entre copain, autour d’un barbecue de poisson et de viande blanche. Perso, j’adore les barbecues de légumes : tomates, courgettes, champignons, simplement dorés à l’huile d’olive et parsemés de fleur de sel. Ce Chiroubles rond et fruité est parfait pour accompagner cela. Il a un côté gourmand qui le rend généreux.

De plus, je trouve les rouges de Loire assez délicats en bouche plutôt disposés à accompagner le déjeuner. Un rouge du Beaujolais, surtout avec du gamay, plus généreux en bouche fait bien l’affaire pour le soir (j’ai du mal à utiliser le mot “gouleyant” : ça fait “ripaille”).

AOC-Chiroubles

I tasted by curiosity a red Beaujolais wine : the AOC Chiroubles. Name reminded me something, but actually … no. I was thinking of a chibouste cream. This is the light version of the custard ; nothing to do.

All this to say that this is a good Beaujolais wine : simple, full fruity and slightly tannic. It is even rather mild. You have to go looking for the tiny hint of acidity which is in the aftertaste. This is a very nice drink with friends around a barbecue of fish and white meat. Personally, I love barbecues with vegetables: tomatoes, zucchini, mushrooms, simply gilded with olive oil and sprinkled with sea salt. This round and fruity Chiroubles is perfect to accompany it. It has a greedy side that makes it generous.

In addition, I find the delicate Loire’s red wine rather accompanying lunch. A red Beaujolais, especially with Gamay, more generous in the mouth is the trick for the evening.

cocktail_sweet-sour

Cocktail apéritif Sweet & Sour

A mon grand désarroi, je n’avais plus une goutte de Martini Bianco ! Ma liqueur de vie avait disparu, et il ne restait plus qu’une petite fiole de Gin Hendrick’s à la place… Et me voici, qui passe mon temps à chercher des recettes de cuisine, à fouiller la toile pour une recette de cocktail. Tout ça pour un apéro en bonne et due forme, très Frenchy comme diraient mes Chiliens.

Je découvre la recette de “l’Aphrodisiaque”, avec plein de petits coeurs à côté. Ce n’est pas pour jouer la rabat-joie, mais sachez que l’alcool à lui seul suffit comme ingrédient aphrodisiaque. Faites boire deux verres de vin à l’élue de votre libido et (si libre, consentante ou sans principe) elle tombera dans vos bras. Bien entendu, si vous ne paraissez pas lui plaire aux premiers abords, il lui faudra un peu plus de deux verres.

Bref, légèrement remaniée, la recette de l’Aphrodisiaque devient simplement un Cocktail Sweet and Sour, avec ce qu’il faut de pétillant et d’amertume qui fait saliver et réveiller les papilles.

Pour 4 verres :
- 5 cl de Gin
- 5 cl de Cointrau
- 1 cuillère à café (voire 2 si vous êtes sensible à l’amertume) de sirop de cannes à sucre
- le jus d’un citron jaune
- compléter avec de l’eau gazeuse très froide

cocktail_sweet-sour

To my desarray, I had not a drop of Martini Bianco ! My life’s liquor was gone, and there remained a small flask of Gin Hendrick’s instead … And here, me spending my time looking for cooking recipes, I am searching on the web for a cocktail recipe. All this for an aperitiv drink in good and due form, very Frenchy as said my Chilean guys.

I discovered the recipe of the « Aphrodisiac » cocktail, with lots of little red hearts next. No want to be a spoilsport, but know that alcohol alone is sufficient as an aphrodisiac ingredient. Offer two glasses of wine to your libido elected and (if free, consensual or unprincipled ) she will fall into your arms. Of course, if you do not seem to be her tastes at first sight, you will need a little more than two drinks.

I slightly modify the Aphrodisiac Cocktail to a simply Sweet and Sour cocktail, with the right amount of sparkle and bitterness that makes your mouth awake and your taste buds salivate.

For 4 glasses :
- 5 cl of Gin
- 5 cl of Cointrau
- 1 teaspoon (or 2 if you are sensitive to bitterness ) of sugar cane sirup
- The juice of one lemon
- Complete with very cold sparkling water

Chateau La Roque de By

Château La Roque de By 2003 Médoc



Il y a des vins qu’il ne faut pas juger trop rapidement. Surtout ceux qui n’ont pas respiré depuis une dizaine d’années. Ce Médoc du Château la Roque de By n’est pas un Cru Bourgeois comme son compère d’embouteillage, le Château La Tour de By.

La capsule de la bouteille est en aluminium lourd.Le bouchon est long et joliment teinté de violet. Cela annonce toujours de bonnes nouvelles olfactives.

Dans le premier verre, dès l’ouverture, le taux d’alcool est encore très élevé. Il fait monté des parfums assez vifs de bois et de fleurs. Mais sa couleur était légèrement oxydée et ses arômes très enfermés encore. Pour moi, tout cela était logique, on venait juste de faire sortir le bouchon.

Bref, cette bouteille de La Roque de By fut lâchement remplacée au dîner par un Grand Cru Chilien d’Apalpa de 2010. Très intéressant, très fort (supérieur à 14%vol), trop jeune. Il a donc été placé en carafe. Il était parfait au bout de 3 heures.

Finalement, après avoir reposé 24 heures dans sa bouteille, il était ouvert. Avec un nez de confiture de rose, une agréable pointe de fraîcheur à la fleur de violette. Côté bois, la senteur de départ s’est adoucie et me rappelle le patchouli.

Au goût, il est moins acide que la veille, le tanin est doux et sucré. Ce vin me rappelle les myrtilles que l’on picore en rentrant du marché.

Je pense qu’il aurait fallu passer ce vin en carafe pour l’ouvrir rapidement, au risque de l’éventer. Mais au moins, il aurait eu la chance de monter à table.

There are some wines that cannot be judged too quickly. Especially those who have not breathed for a decade. This Médoc from Château La Roque de By is not a Cru Bourgeois as his bottling accomplice, the Chateau La Tour de By.

The cap is heavy aluminum. The cork is long and beautifully colored by purple. It always gives good news for olfactives feelings.

In the first glass from the opening, the alcohol level is still very high. It raises some pretty sharp scents of wood and flowers. But his color was slightly oxidized and presented very still locked aromas. For me, it all made ​​sense, the cork was just left.

In short, this bottle of La Roque By was loosely replaced by a 2010 Chilean Grand Cru from Apalpa Valley. Very interesting, very strong (higher than 14% vol), too young. It was therefore placed in a carafe. It was perfect after 3 hours.

Finally, after standing 24 hours in the bottle, La Roque By had opened. With a nose of rose jam, a nice touch of freshness due to violet flower. Wood side, the scent of departure is softened and remembers patchouli.

To taste, it is less acidic than the day before, the tannin is soft and sweet. This wine reminds me of blueberries that are pecking on the way from the market.

I think we would have had to poor this wine in a decanter to open it faster, with the risk of fanning. But at least he would have had the chance to come on dinner table.

Château de France

Château de France 1982 et tournedos bardés, beurre Maître d’hôtel

Ce soir, nous dégustons deux bouteilles retrouvées au fond des archives : 2 bouteilles de Château de France 1982.



Il s’agit d’un vin de l’appellation AOC Pessac-Léognan, issu de la région des Graves. A l’époque, c’était plutôt un AOC Graves, issu du village de Léognan. Et même qu’au 19e siècle, ce n’était qu’un Domaine dont le demeure fût agrandie pour devenir le Château de France. Il est repris par Bernard Thomassin en 1971. Il signe d’ailleurs la bouteille de 1982.

Pour la dégustation, pas de passage en carafe. Juste une ouverture 3 heures à l’avance. L’ouverture en soi est déjà magique : la capsule est rigide, épaisse et lourde, le haut du bouchon ressemble à du beurre et c’est un peu effrayant pour la suite. Donc, ouverture avec un limonadier à double cran : bien centrer, se concentrer, prendre tout son temps et respirer… Le bouchon mesure au moins 5 cm ! Il est impeccable et se retire avec le sifflement de l’air qui s’engouffre et que j’imagine effleuré la surface du vin contenu dans le goulot depuis plus de 30 ans.

J’ai moins de chance avec le second bouchon qui se brise juste avec de sortir. Mais j’ai compris le truc : je réinsère le tire-bouchon et faire rentrer de l’air. Une fois le sifflement éteint, je tire, et c’est la libération !

La dégustation est surprenante ! Au bout de 3 heures, je décante la première bouteille : il n’y a presque pas de dépôt, juste un léger lie. La couleur est toujours vive, légèrement corail, le vin accroche le verre, mais il y a peu de jambe. Le nez est fleuri et très fruité : ça sent le melon à la fraise. Au goût, le tanin est plutôt coton, il était temps de boire cette bouteille. Le merlot donne toute sa force : de la fraise, du raisin rouge, un peu de pruneaux et beaucoup de douceur. La magie réside dans l’acidité du vin qui vient soutenir et donner du corps.

Une heure après c’est au tour de la seconde bouteille. Elle ressemble en tout à sa jumelle sauf au goût. Il est surprenant de comparer les deux. Elle est plus tannique et plus acidulé. Le vin attaque et s’étire en bouche : c’est un vrai plaisir !

Château de France 1982 et tournedos bardés, beurre Maître d'hôtel

Et pour subjuguer ce plaisir, on a grillé des tournedos bardés de panchetta, servis avec un beurre Maître d’hôtel et des haricots verts en persillade. C’est une recette inspirée de Elle à table.

Pour 4 personnes :
- 8 tournedos très épais
- 8 tranches fines de panchetta
- 100 g de beurre mou
- 3 cuillères à soupe de jus de citron jaune
- 3 grosses cuillères à soupe de persil haché

Travailler le beurre mou avec le persil, saler, poivrer et ajouter le jus de citron. Le jus de citron ne va pas complètement s’intégrer au beurre, il va quand même lui donner du goût. Avec une poche à douillle, faire des rosaces de beurre manié sur une assiette (attention aux éclaboussure de jus de citron !) et mettre au congélateur.

Ficeler les tranches de panchetta autour des tournedos et faire griller. Servir tout de suite avec le beurre Maître d’hôtel.

Tonight, we taste two bottles from the old stock: 2 bottles of Château de France 1982.

It is an AOC Pessac-Léognan, from the Graves region. In this time, it was rather an AOC Graves, from the village of Léognan. Even in the 19th century, it was a domain whose manor was enlarged to become a castle « le château de France ». It was bought in 1971 by Bernard Thomassin. He also signed the bottle of 1982.

For tasting, no decanting. Just open the two bottles three hours in advance. The opening in itself is magical : the capsule is rigid, thick and heavy, upper cap is like butter and that seems a little scary. So, opening with a double screens corkscrew: good focus, concentrate, take all my time and breathe … The cork is at least 5 cm long! It is spotless and the hiss of air rushing and I imagine it scratching the surface of the wine waiting in the neck for over 30 years.

I have less luck with the second cap that just breaks. But I understood the thing: I reinsert the corkscrew and go to the air. Once the hiss out, I pull, and it’s liberation!

The tasting is amazing ! After three hours, I decant the first bottle : there is almost no deposit, just a slight lie. The color is always vivid, slightly coral, hanging wine glass, but there is little leg. The nose is floral and fruity : it smells like melon with strawberry. Tannin is more cotton, it is time to drink this bottle ! Merlot gives strength : the strawberry, red grape, some prunes and very smoothly. The magic lies in the acidity of the wine that gives body and provide support .

An hour later it was the turn of the second bottle. She looks like its twin except for the taste. It is surprising to compare the two. It is more tannic and acidic. Wine attacks and stretches in the mouth: it is a real pleasure!

And to subjugate the pleasure, are grilled tournedos with panchetta bard, served with Maître d’hôtel butter and green beans with parsley. This is a recipe inspired from « Elle à table ».

For 4 people:
- 8 thick steaks
- 8 thin slices of panchetta
- 100 g of soft butter
- 3 tablespoons of lemon juice
- 3 tablespoons of chopped parsley

Work the softened butter with parsley, salt , pepper and lemon juice. Lemon juice will not completely fit into the butter, it will still give it flavor. With a piping bag, make rosettes on a plate (beware splash of lemon juice! ). And freeze.

Tie the slices panchetta around steaks and grill them. Serve immediately with Maître d’Hôtel butler .