pâtes à tartiner

Je fais mes pâtes à tartiner maison

Comme beaucoup de Français en ce moment, je me retrouve enfermée à la maison, à tourner en rond. Non pas que je m’ennuie ; pas du tout ! Au contraire, je ne m’arrête pas : je fais et je refais, puis je défais et je refais. Tout est parfait dans le moindre détails : les plats sont faits-maison, les ingrédients sont strictement choisis, et même les linges sont propres et rangés. J’ai poussé le vice jusqu’à sortir des nappes et des ronds de serviettes.

Les conséquences de cette furieuse tornade sont plutôt positives : je fais tout maison, et même des pâtes à tartiner. C’est tellement satisfaisant ! C’est gourmand et sain, ça fait plaisir à tout le monde, ça se mélange à tout, ça se mange avec les doigts… Je conseille à tout le monde de se lancer dans la création de ses pâtes à tartiner.

Oui, mais il faut du matériel, notamment un très bon mixeur. J’ai un robot que je fais tourner à pleine puissance deux minutes maximum. Après il chauffe. Le temps de faire un peu de vaisselle et de rangement, je le laisse refroidir, puis c’est reparti.

Et puis, il faut de bons ingrédients. La période est propice pour remplir la liste de course de fruits à coques : noisettes, noix de cajou, amandes, etc. (Merci les titres restaurants !) J’achète également des fruits secs et confits pour confectionner des barres de céréales ; j’en parlerai dans un autre article.

Enfin, pour éviter d’exploser mon taux de cholestérol, je n’utilise pas d’huile de coco. De même pour maîtriser le sucre, j’utilise du miel ou je réduis les quantités d’un tiers. Mais le mieux, comme je disais plus haut, c’est de créer ses propres recettes. Il n’y a que des ingrédients groumands : ça ne peut pas faire quelque chose de mauvais !

Je me suis lancée avec la recette basique et inratable de la pâte à tartiner aux noisettes. On apprend y apprend quelques basiques de pâtisserie : le passage de la noisette à la crème de noisette, en passant par la pralinoise.

Puis j’ai tenté une pirouette à l’amande, façon « frangipane », avec de l’arôme d’amande amère. C’était assez jouissif (je l’avoue) de réaliser un truc aussi bon :-)

Enfin, j’ai fait une recette « à moi » : une crème de noix de cajou au caramel vanillé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>