Archives par étiquette : dégustation

Crepuscule-de-fruit

Crépuscule de fruits : Merlot et Abouriou

J’ai invité un ami à déjeuner et j’ai osé lui proposer des pâtes. Le Zhomme avait tellement honte qu’il en oubliait que mon ami était végétarien. J’ai fait des linguines, fondue de poireaux et sauce au Roquefort. Quelques pignons de pin grillés sur le dessus, et voici un plat complet. Pour accompagner, il me fallait un vin doux et fruité. Mais surtout pas de vin blanc, déjà qu’il n’y avait même pas de lardons dans la fondue de poireaux !

Un vin du Beaujolais était le premier choix, finalement, je suis tombée sur de l’Abouriou. Un cépage vieux comme le monde, rustique comme je les aime, propre de la région sud-ouest. Il a été remis au goût du jour par les vignerons de la cave des Côtes du Marmandais. Pour la petite histoire, c’est la seule maison à avoir une étiquette officielle « Lafitte », vendue chez Carrefour en Asie.

Dégustation Côtes du Marmandais, Crépuscule de fruits Merlot & Abouriou : joli assemblage tout en douceur, qui a besoin de temps pour s’ouvrir. Le nez est peu parfumé, à peine de fruits rouge et de chocolat. Très agréable en bouche : tanin soyeux et légèrement astringent, de la fraise fraîche du Merlot et quelques cerises burlat de l’Abouriou. Un corps léger, du fruit ; parfait en été.

Crepuscule-de-fruit

I invited a friend for lunch and I suggested a menu with pasta. Zhomme was so ashamed that he forgot that my friend was a vegetarian. I made linguine, leeks fondue in Roquefort cheese sauce. Some toasted pine nuts on top, and this was a complete dish. To accompany, I would like a sweet and fruity wine. But certainly not white wine, already there was not even a bacon in the leeks!

A Beaujolais wine was my first choice, I finally came to the Abouriou. An old grape variety, rustic, from the southwest region. He was brought up to date by the winemakers of the Côtes de Marmandais cellar. About them, they are the only domain to have an official label named « Lafitte », sold at Carrefour in Asia.

Tasting of Côtes de Marmandais Crépuscule de fruits Merlot & Abouriou: pretty smooth assembly, which needs time to open. The nose is slightly fragrant, young red fruits and chocolate. Very pleasant in the mouth: silky and slightly astringent tannins, fresh strawberry Merlot and some cherries Burlat from Abouriou. A light body, fruit : perfect in summer.

etiquette-Cadet-Piola

Château Cadet-Piola 2001, Saint-Emilion Grand Cru

2001 est l’année où j’ai eu mon bac. Je n’en suis pas plus fière que ça, mis à part le calcul au dixième de point près qui m’a permis de l’avoir haut la main avec un beau 10,11 sur 20 ! Dès le début d’année, on choisit minutieusement les bonnes options qui nous permettront de gratter des points. C’est ainsi que j’ai eu mon bac scientifique options Chinois et Arts plastiques.

Oui, je ne cesserai de répéter aux nouvelles générations que le bac, ça se prépare ! Tout comme la dégustation d’un Grand cru classé bordelais de la même année, tout comme un évènement qui ne se produira qu’une fois dans sa vie.

etiquette-Cadet-Piola

En effet, Château Cadet-Piola a été déclassé depuis son rattachement en 2009 à son voisin, le Château Soutard. Ce dernier, de son haut plateau parfaitement orienté face au soleil, vise le classement des Grands Crus de Saint-Emilion de 2022 (presque toutes les décennies, le dernier date de 2012).

C’est une assez bonne nouvelle pour nous, les consommateurs lambda. Un vin qui n’est pas officiellement classé est moins onéreux. Malgré cela, les grappes bien mûres sont toujours triées à la main dès la vigne, la table de tri accueille de jolis grains “de dessert”, pour ne pas dire ”du caviar”, le vin vieillit dans une vieille cave creusée à la main, à température ambiante de 13°C… Tous les éléments sont réunis pour produire des vins fins de grande qualité, mais un seul nom figurera dans la liste des Grands Crus de Saint-Emilion.

Côté dégustation donc, il faut ouvrir le vin une bonne heure à l’avance. Pas besoin de le carafer, les parfums se développent doucement et en rondeur, et il y a très peu de dépôts. Contrairement au Château de France dégusté un an plus tôt, le Saint-Emilion n’a pas besoin de 30 ans pour poncer son acidité et son tanin.

Assemblage de Merlot, Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc et Malbec. La dominante Merlot s’exprime avec féminité, les saveurs de fruits rouges et noires sont fraîches et acidulés. L’assemblage est harmonieux dans le vieillissement : j’adore les parfums de rose et violette du Malbec. Le bois soutient les fruits mais n’est pas dominant. Il sent timidement la vanille.

Je l’ai choisie pour suivre des brochettes de poulet – pomme marinés au colombo et du riz pilaf (badiane, cardamone, piment).  Un vin trop classique pour un plat aussi exotique penserons-nous aux premiers abords. Cependant, j’aime beaucoup marier les viandes sucrées-salées avec les épices. Pour accompagner, il fallait du corps, des fruits, de la rondeur et de l’astringence pour laisser parler les épices.. C’est pour cela que j’aime les vins à dominante Merlot sur le terroir bordelais.

Autre exemple ICI avec le Listrac-Médoc Château Baudan et un poulet caramélisé.

Encore un accord que j’adore : un bon vin rouge mérite un bon chocolat. Le dessert ne pouvait être que le coeur coulant de Christophe Michalak, au chocolat Taïnori 64% de Valrhona.

epices_riz-pilaf

2001 was the year I got my high school diploma (baccalauréat). I’m not so proud, apart from the calculation to the nearest tenth of a point that allowed me to have it with a nice 10.11 out of 20 ! From the beginning of the year, we carefully choose the right options that will allow us to scrape points. This is how I got my « bac S » (science diploma) with Chinese and Fine art options.

Yes, I will continue to told the new generations that this diploma takes planning! Just like the tasting of a Grand Cru Classé Bordeaux wine from the same year, as an event that will occur only once in a lifetime.

Indeed, Château Cadet-Piola has not been classified since its incorporation in 2009 to its neighbor, Château Soutard. From its high plateau perfectly oriented to the sun, Château Soutard aims for the 2022 classification of Saint Emilion Grands Crus (almost every decade, the last date in 2012).

This is pretty good news for us, the ordinary consumers. A wine that is not officially classified is less expensive. Despite this, ripe grapes are still hand-picked from the vine, the sorting table hosts beautiful grains  » for dessert », if not « as caviar », wine aging in an old cellar hand dug at room temperature of 13 ° C … All the elements come together to produce fine wines of great quality, but only one name will appear on the list of Grands Crus Saint Emilion.

About tasting, open the wine an hour in advance. No need to decant, perfums develop gently and rounded, and there are very few deposits. Unlike Chateau de France enjoyed a year earlier, the Saint-Emilion does not need 30 years to sand acidity and tannin.

A blend of Merlot, Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc and Malbec. The dominant Merlot expresses femininity, flavors of red and black fuits are fresh and tangy. The assembly is harmonious in aging: I love the scents of rose and violet from Malbec. Wood argues fruit but is not dominant. It smells shyly vanilla.

I chose this wine to follow the chicken – apple skewers marinated in colombo sauce and pilaf rice (star anise, cardamom, chili). A very classic wine for such an exotic dish will we think at first glance. However, I love marry sweet and sour meat with spices. To accompany, we need body, fruits, roundness and astringency to let spices talking. That’s why I like Merlot dominated wines on the Bordeaux terroir.

Another example HERE with the Listrac-Médoc Château Baudan and caramelized chicken.

Another agreement that I love: a good red wine deserves a good chocolate. Dessert must be the flowing heart of Christophe Michalak, chocolate Valrhona Taïnori 64% (chocolate sponge cake with flowing chocolate center).

Tour-Penedesses

Les Raisins de la colère, Domaine de la Tour Penedesses, AOC Faugères

Le Domaine de la Tour Penedesses est la propriété d’Alexandre Fouque. Lui et son épouse gèrent leurs différentes appellations avec passion et patience : on les retrouve au Salon des Vignerons Indépendants et même à Shanghai.

Côté marketing, ils font partis de ceux qui osent l’étiquette violette en velours et les cartes de visite en chinois. Côté vin, mon homme en est tombé amoureux au point qu’il m’a laissé sa carte bleue (!), et qu’au final, il n’a rien à regretter.

Pour présenter les Raisins de la colère, voici d’abord toute la partie technique, résumé méticuleux, agréable, passionnant mais concis : ICI

Je ne citerais qu’une phrase : “Alliance de la puissance d’un Languedoc et de la féminité d’un Bourgogne”. C’est exactement ça. La dégustation de ce vin m’avait laissé le souvenir de petits fruits noirs, de tanins soyeux et de retour chocolat.

Le nom des Raisins de la colère est également très bien choisi. Il sonne fort en écho au goût du vin et rappelle le film the Grapes of wrath. Il rappelle combien la terre est importante : le sol, le terroir, l’héritage. (Vin parfait pour la Fête des mères !)

Je l’ai donc choisit pour accompagner des brochettes de magrets de canard et foie gras. Nous aimons le canard en sucré-salé : une gastrique à la framboise et au miel est simple et suffisant. Je voulais un vin avec du caractère, du poivre et beaucoup de fruits.

Mais je voulais aussi un équilibre acidité – tanin pour préserver le foie gras cru, juste grillé sur la brochette. Grâce au bâtonnage et aux barriques neuves, le tanin des Raisins de la colère est soyeux malgré son jeune âge. Nous l’avons donc laissé aérer deux bonnes heures avant de le déguster.

Il s’agit de l’alliance met-vin le plus réussi jusque là.

Tour-Penedesses

The Domaine de la Tour Penedesses is Alexander Fouque property. He and his wife manage their different AOC appellations with passion and patience : find them at the Salon des Vignerons Independants and even in Shanghai.

Marketing side , they are part of those who dare to label with purple velvet and use Chinese business cards. Wine side, my boyfriend fell in love to the point that he left me his debit card (!), and in the end, he has nothing to regret.

To present the wine « Les raisins de la colère » , here first all the technical sheet : a meticulous, nice, exciting yet concise abstract : HERE.

I would quote one sentence : « Alliance of the power of a Languedoc and femininity of a Burgundy . » That’s exactly it. Tasting this wine left me memories of dark berry fruits, silky tannins and chocolate back.

The name Les raisins de la colère is also very well chosen. It sounds echoing the strong taste of the wine and reminds the film The Grapes of wrath. It recalls how the land is important: soil, terroir, inheritance.

So I chose to accompany skewers of duck breast and foie gras. We love the sweet and sour duck: gastric raspberry and honey is simple and sufficient. I wanted a wine with character, pepper and lots of fruit.

But I also wanted a balance of acidity and tannin to preserve the foie gras, just grilled on skewer. With stirring and new oak, tannin of Les Raisins de la colère is silky despite his young age. So we left airing two hours before serving .

It is the wine pairing the most successful so far.

Chateau La Roque de By

Château La Roque de By 2003 Médoc



Il y a des vins qu’il ne faut pas juger trop rapidement. Surtout ceux qui n’ont pas respiré depuis une dizaine d’années. Ce Médoc du Château la Roque de By n’est pas un Cru Bourgeois comme son compère d’embouteillage, le Château La Tour de By.

La capsule de la bouteille est en aluminium lourd.Le bouchon est long et joliment teinté de violet. Cela annonce toujours de bonnes nouvelles olfactives.

Dans le premier verre, dès l’ouverture, le taux d’alcool est encore très élevé. Il fait monté des parfums assez vifs de bois et de fleurs. Mais sa couleur était légèrement oxydée et ses arômes très enfermés encore. Pour moi, tout cela était logique, on venait juste de faire sortir le bouchon.

Bref, cette bouteille de La Roque de By fut lâchement remplacée au dîner par un Grand Cru Chilien d’Apalpa de 2010. Très intéressant, très fort (supérieur à 14%vol), trop jeune. Il a donc été placé en carafe. Il était parfait au bout de 3 heures.

Finalement, après avoir reposé 24 heures dans sa bouteille, il était ouvert. Avec un nez de confiture de rose, une agréable pointe de fraîcheur à la fleur de violette. Côté bois, la senteur de départ s’est adoucie et me rappelle le patchouli.

Au goût, il est moins acide que la veille, le tanin est doux et sucré. Ce vin me rappelle les myrtilles que l’on picore en rentrant du marché.

Je pense qu’il aurait fallu passer ce vin en carafe pour l’ouvrir rapidement, au risque de l’éventer. Mais au moins, il aurait eu la chance de monter à table.

There are some wines that cannot be judged too quickly. Especially those who have not breathed for a decade. This Médoc from Château La Roque de By is not a Cru Bourgeois as his bottling accomplice, the Chateau La Tour de By.

The cap is heavy aluminum. The cork is long and beautifully colored by purple. It always gives good news for olfactives feelings.

In the first glass from the opening, the alcohol level is still very high. It raises some pretty sharp scents of wood and flowers. But his color was slightly oxidized and presented very still locked aromas. For me, it all made ​​sense, the cork was just left.

In short, this bottle of La Roque By was loosely replaced by a 2010 Chilean Grand Cru from Apalpa Valley. Very interesting, very strong (higher than 14% vol), too young. It was therefore placed in a carafe. It was perfect after 3 hours.

Finally, after standing 24 hours in the bottle, La Roque By had opened. With a nose of rose jam, a nice touch of freshness due to violet flower. Wood side, the scent of departure is softened and remembers patchouli.

To taste, it is less acidic than the day before, the tannin is soft and sweet. This wine reminds me of blueberries that are pecking on the way from the market.

I think we would have had to poor this wine in a decanter to open it faster, with the risk of fanning. But at least he would have had the chance to come on dinner table.

Château de France

Château de France 1982 et tournedos bardés, beurre Maître d’hôtel

Ce soir, nous dégustons deux bouteilles retrouvées au fond des archives : 2 bouteilles de Château de France 1982.



Il s’agit d’un vin de l’appellation AOC Pessac-Léognan, issu de la région des Graves. A l’époque, c’était plutôt un AOC Graves, issu du village de Léognan. Et même qu’au 19e siècle, ce n’était qu’un Domaine dont le demeure fût agrandie pour devenir le Château de France. Il est repris par Bernard Thomassin en 1971. Il signe d’ailleurs la bouteille de 1982.

Pour la dégustation, pas de passage en carafe. Juste une ouverture 3 heures à l’avance. L’ouverture en soi est déjà magique : la capsule est rigide, épaisse et lourde, le haut du bouchon ressemble à du beurre et c’est un peu effrayant pour la suite. Donc, ouverture avec un limonadier à double cran : bien centrer, se concentrer, prendre tout son temps et respirer… Le bouchon mesure au moins 5 cm ! Il est impeccable et se retire avec le sifflement de l’air qui s’engouffre et que j’imagine effleuré la surface du vin contenu dans le goulot depuis plus de 30 ans.

J’ai moins de chance avec le second bouchon qui se brise juste avec de sortir. Mais j’ai compris le truc : je réinsère le tire-bouchon et faire rentrer de l’air. Une fois le sifflement éteint, je tire, et c’est la libération !

La dégustation est surprenante ! Au bout de 3 heures, je décante la première bouteille : il n’y a presque pas de dépôt, juste un léger lie. La couleur est toujours vive, légèrement corail, le vin accroche le verre, mais il y a peu de jambe. Le nez est fleuri et très fruité : ça sent le melon à la fraise. Au goût, le tanin est plutôt coton, il était temps de boire cette bouteille. Le merlot donne toute sa force : de la fraise, du raisin rouge, un peu de pruneaux et beaucoup de douceur. La magie réside dans l’acidité du vin qui vient soutenir et donner du corps.

Une heure après c’est au tour de la seconde bouteille. Elle ressemble en tout à sa jumelle sauf au goût. Il est surprenant de comparer les deux. Elle est plus tannique et plus acidulé. Le vin attaque et s’étire en bouche : c’est un vrai plaisir !

Château de France 1982 et tournedos bardés, beurre Maître d'hôtel

Et pour subjuguer ce plaisir, on a grillé des tournedos bardés de panchetta, servis avec un beurre Maître d’hôtel et des haricots verts en persillade. C’est une recette inspirée de Elle à table.

Pour 4 personnes :
- 8 tournedos très épais
- 8 tranches fines de panchetta
- 100 g de beurre mou
- 3 cuillères à soupe de jus de citron jaune
- 3 grosses cuillères à soupe de persil haché

Travailler le beurre mou avec le persil, saler, poivrer et ajouter le jus de citron. Le jus de citron ne va pas complètement s’intégrer au beurre, il va quand même lui donner du goût. Avec une poche à douillle, faire des rosaces de beurre manié sur une assiette (attention aux éclaboussure de jus de citron !) et mettre au congélateur.

Ficeler les tranches de panchetta autour des tournedos et faire griller. Servir tout de suite avec le beurre Maître d’hôtel.

Tonight, we taste two bottles from the old stock: 2 bottles of Château de France 1982.

It is an AOC Pessac-Léognan, from the Graves region. In this time, it was rather an AOC Graves, from the village of Léognan. Even in the 19th century, it was a domain whose manor was enlarged to become a castle « le château de France ». It was bought in 1971 by Bernard Thomassin. He also signed the bottle of 1982.

For tasting, no decanting. Just open the two bottles three hours in advance. The opening in itself is magical : the capsule is rigid, thick and heavy, upper cap is like butter and that seems a little scary. So, opening with a double screens corkscrew: good focus, concentrate, take all my time and breathe … The cork is at least 5 cm long! It is spotless and the hiss of air rushing and I imagine it scratching the surface of the wine waiting in the neck for over 30 years.

I have less luck with the second cap that just breaks. But I understood the thing: I reinsert the corkscrew and go to the air. Once the hiss out, I pull, and it’s liberation!

The tasting is amazing ! After three hours, I decant the first bottle : there is almost no deposit, just a slight lie. The color is always vivid, slightly coral, hanging wine glass, but there is little leg. The nose is floral and fruity : it smells like melon with strawberry. Tannin is more cotton, it is time to drink this bottle ! Merlot gives strength : the strawberry, red grape, some prunes and very smoothly. The magic lies in the acidity of the wine that gives body and provide support .

An hour later it was the turn of the second bottle. She looks like its twin except for the taste. It is surprising to compare the two. It is more tannic and acidic. Wine attacks and stretches in the mouth: it is a real pleasure!

And to subjugate the pleasure, are grilled tournedos with panchetta bard, served with Maître d’hôtel butter and green beans with parsley. This is a recipe inspired from « Elle à table ».

For 4 people:
- 8 thick steaks
- 8 thin slices of panchetta
- 100 g of soft butter
- 3 tablespoons of lemon juice
- 3 tablespoons of chopped parsley

Work the softened butter with parsley, salt , pepper and lemon juice. Lemon juice will not completely fit into the butter, it will still give it flavor. With a piping bag, make rosettes on a plate (beware splash of lemon juice! ). And freeze.

Tie the slices panchetta around steaks and grill them. Serve immediately with Maître d’Hôtel butler .

Sablés au pecorino et au thym

Ce soir, on déguste quelques millésimes 1982 de la région de Bordeaux. Pour tenir l’apéritif à la bonne hauteur, je tente le vin effervescent méthode charma 100% chardonnay 6 g/L de sucre. Les puristes s’écrient alors : “C’est quoi ce faux truc industriel destiné à l’export ?!” Et bien c’est tout simplement un “Champagne brut blanc de blanc”. Sauf qu’il n’est pas fabriqué dans la région de Champagne, que la méthode de fermentation est idem à la champenoise, mais qu’elle se fait en grosse cuve inox.

Alors, oui c’est un mousseux produit en grande quantité, oui la production revient moi cher, oui son prix le destine donc à l’export. Mais il n’en est pas moins bon.



Tous ces préjugés sur l’export (notamment vers la Chine) me donnent envie de massacrer des oursons sablés au pecorino et au thym. D’ailleurs, c’est une recette très simple qui s’inspire dessablés au parmesan de Marmiton.org (la même que celle de Sophie Dudemaine).

Pour 24 Nounours sablés à décapite croquer :

- 85 g de beurre fondu
- 85 g de farine
- 70 g de pecorino
- 1 g de poivre blanc
- 2 g de thym séché

Mélanger les ingrédients et placer la boule de pâte au réfrigérateur.

Etaler la pâte sur 1 cm d’épaisseur. Pour éviter de mesurer à chaque passage du rouleur, il suffit de l’étaler entre 2 baguettes en bois de la bonne hauteur.

Découper des figurines puis passer au four 11 à 12 min à 180°C.

(Notez que disposer 48 grains de sésames noirs à la pince à épiler est une activité apaisante.)

Sablés au pecorino et au thym

Tonight, we are prepared to taste a few 1982 vintages of Bordeaux wine. To have an aperitif at the right level, I propose a sparkling wine Charma method 100% chardonnay 6 g / L of sugar. Then purists cry : « What is this false industrial stuff for export? » Well it’s just a « Champagne Blanc de blanc brut. » Except it is not made in the Champagne region, the fermentation method is the same as champagne, but it is made ​​in big stainless steel vats.

Also yes, this is a sparkling wine produced in large quantities, so the production cost is more interesting. Also yes, its price is therefore destined for export. But it is not so bad.

All these prejudices on exports (especially to China) make me want to kill some shortbread’s bear cubs . Moreover, there is a very simple recipe inspired by parmesan shortbread of Marmiton.org (the same as Sophie Dudemaine).

For 24 pecorino and thyme shortbread’s teddy :

- 85 g of butter
- 85 g of fl
our
- 70 g of pecorino
- 1 g of white pepper
- 2 g of dried thyme

Mix ingredients and place the dough in the refrigerator.

Spread the dough to 1 cm thick. To avoid measuring at each pass of the roller, simply spread it between two wooden sticks to the correct height.

Cut figures, then put in the oven 11-12 minutes at 180 ° C.

(Notice that putting 48 black sesame seeds with tweezer is a calming activity.)

Matibon de Château Baudan

Comme qui dirait “Matibon, c’est bon”. Et en effet, être second vin d’un Cru Bourgeois ça a du bon ! Matibon de Château Baudan est le second vin du Château Baudan Cru Bourgeois en Listrac Médoc.



Ces deux vins sont des recettes de femmes : fruités, parfumés, au caractère ferme mais qui s’exprime avec douceur. Mme Blasquez, la propriétaire du domaine et winemaker, est une excellente communicante. Elle me parle de ses vins comme de ses deux filles, tout en me montrant les photos de son (très jolie) domaine.

“Là c’est la maison, ici les dépendances pour le stockage et la production…
Puis les vignes tout autour de la demeure… on a planté les jeunes pieds jusque devant la maison. On les voit quand on prend le petit déjeuner.”

Ça donne envie de lui apporter les croissants tous les matins !

Revenons au vin. Le Matibon de Château Baudan est déjà très appréciable à l’ouverture : bouteille lourde, bouchon de qualité et effluves de confiture. Au nez, ce vin sent la cerise. Au goût, on retrouve de la grenadine (fraise et framboise) franche et une bonne acidité qui vient équilibré les fruits mûrs. Ce vin est frais, léger et agréable à boire, jusqu’à la finition poivrée. Un peu court à mon goût. Le tanin est léger et porte bien l’acidité.

Je l’ai dégusté avec une recette chinoise de poulet caramélisé. Un beau mariage estival.

Matibon de Château Baudan

You might say « Matibon c’est bon (Matibon is good). » And indeed, be a second wine of Cru Bourgeois is a good prediction ! Matibon de Château Baudan is the second wine of Château Baudan a Cru Bourgeois in Listrac Médoc.

Both wines are made by a woman: fruity, fragrant, but a strong character which express softly. Ms. Blasquez the domain owner and winemaker, is an excellent communicator. She talks about her wines as her two daughters, while showing me pictures of her (very nice) domain.

« There is the house, here outbuildings for storage and production …
Then the vines around the house … were planted young vines up to the house. We see them when we have the breakfast.
 »

It makes you want to bring her the croissants every morning!

Back to the wine. The Matibon de Château Baudan is already very significant at opening: heavy bottle, cork quality and aroma of jam. On the nose, this wine smells of cherry. In taste, there is frank grenadine (strawberry and raspberry) and good acidity that comes to balance the ripe fruits. This wine is fresh, light and pleasant to drink, until the peppery finish. A bit short for me. The tannin is light and go properly with the acidity.

I tasted it with a Chinese recipe of caramelized chicken. A beautiful summer wedding.

cake olive citron vin blanc

Cake au citron, huile d’olive et vin blanc

Faire des dégustation à la maison, c’est vraiment top ! Mais que faire des litres de vin restant ? D’autant plus que manger des plats en sauce n’est pas mon fort. La réponse : le cake au vin blanc.

Cette recette existe en version salée avec du jambon et du fromage râpé. Mais pour les vins blancs doux comme le Riesling ou le Liebfraumilch, je préfère nettement le cake sucré à l’huile d’olive et au citron jaune. Et puis, c’est une bonne alternative aussi quand on n’a pas de beurre.

Ce cake a une bonne tenue qui ne s’émiette pas après cuisson, donc topissime pour emmener chez des amis ou pour présenter à l’apéro (on y revient !).

Ce cake a une bonne tenue qui ne s’émiette pas après cuisson, donc topissime pour emmener chez des amis ou pour présenter à l’apéro (on y revient !).



Pour 2 cakes :
- 200 g de sucre
- 4 oeufs
- 25 cl de vin blanc
- 9 g de baking powder
(équivalent de la levure chimique)
- 25 cl d’huile d’olive
- 300 g de farine
- le zeste d’1 citron jaune

Battre 4 jaunes d’oeuf avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

Ajouter le vin et l’huile. Puis le baking powder, la farine et le zeste de citron.

A la fin, incorporer doucement les blancs d’oeuf salés et battus en neige ferme.

Cuire 40 min à 160°C (thermostat 5).

Wine tasting at home is really great! But what to do with the liters of wine left? Especially when eating sauces is not my forte. The answer: the wine cake.

This recipe is available for a salted cake with ham and cheese. But for sweet white wines such as Riesling or Liebfraumilch, I prefer the sweet cake with olive oil and yellow lemon. And it is also a good alternative when you have no butter.

This cake hold well, that does not crumble after cooking, also the top to take to friends or to present for apéritif.

For two cakes:
- 200 g of sugar
- 4 eggs
- 25 cl of white wine
- 9 g of baking powder
- 25 cl of olive oil
- 300 g of flour
- Zest of
1 yellow lemon

Beat 4 egg yolks with the sugar until the mixture whitens. Add the wine and oil. Then the baking powder, flour and lemon zest.

In the end, slowly add the salted and stiffly beaten egg whites.

Bake 40 minutes at 160 ° C (th. 5).

ob_8de1375992d76456cef54f9586e66716_carruades-de-lafite

Le Pauillac 2009 des Carruades de Lafite

Déguster une bouteille provenant du Château Lafite, cela peut m’arriver parfois. Malgré ce que l’on peut imaginer, le plus probable est que cette dégustation est lieu à Shanghai, à plus de 10 000 km de la propriété. Ce fût dans une chambre fermée d’un restaurant Taïwanais (je trouve les plats et les odeurs plus délicates que les restaurants chinois classiques), avec une équipe de palais commerciaux à « éduquer ».

ob_8de1375992d76456cef54f9586e66716_carruades-de-lafite1

Pour la petite histoire, Carruades de Lafite s’écrit toujours un « S » car il désigne le Plateau des Carruades (carrières de pierre) attenant au château. Depuis le 17e siècle, le Château Lafite est la propriété de la famille Rotschild. La famille acquiert le Plateau des Carruades en 1845. Celui-ci produit déjà son propre vin. Les Rotschild se l’approprient comme second vin sous le nom de Moulin des Carruades. Ce n’est qu’en 1980, qu’il prend le nom des Carruades de Lafite.

Le Pauillac Carruades de Lafite est produit à hauteur de 20 à 30 000 caisses par an (15 000 pour le 1er Cru Château Lafite-Rotschild). Il se compose grande partie de Cabernet Sauvignon, puis de Merlot, Cabernet Franc et Petit Verdot (j’adore ce nom, il est trop kawaï). 80% du « vin » est vieilli en barrique 16 à 20 mois.

Concernant le millésime 2009, il a été vendangé assez tard dans le mois de septembre, ce qui lui vaut un tanin très mûr, très prometteur mais peu accessible jeune.

Du coup, pour parfaire la dégustation, je l’ai fait décanter une heure et demie, le temps de faire une dégustation comparative des blancs du marché chinois et de manger les hors-d’œuvre froids. Le site Internet de Château Lafite conseille deux heures de décantation et une dégustation entre 16 et 18°C. Je pense qu’il faut bien cela. Les dernières gorgées en fin de soirée l’ont prouvé !

Malgré l’impatience, la dégustation a été agréable et instructive. Le parfum de violette, l’odeur de l’essence d’amande amère, la couleur pourpre… tous étaient au rendez-vous. Le paradoxe avantage/inconvénient des vins connus est la pseudo découverte/confirmation de ce que l’on dit de ces vins.

En effet, je confirme que c’est un vin d’une excellente qualité aromatique, chaque parfum a sa place, que le tanin est mûr, que la « mâche » est ronde et agréable comme un voile de velours. Et en même temps, je découvre la finesse et l’élégance du vin, comme j’apprécierai la compagnie d’un gentleman en soirée. Peut-on flirter avec un vin ?

Restaurant taïwanais : Jing TaiWan (Taïwan d’or)
219 Wending road, Xuhui district, Shanghai

Ceci est une patte d'oie confite. C'est assez fort au goût, mais surtout assez compliqué à déguster avec des baguettes.

Ceci est une patte d’oie confite. C’est assez fort au goût, mais surtout assez compliqué à déguster avec des baguettes.

Tasting a wine coming from the Lafite Rotschild Castle may arrived to me. Despite of probability, it may arrived more often in Shanghai, more than 10 000 km far from the castle. Last time, it was in a closed chamber, in a Taïwanese restaurant, making the « education » of sales people’s palates.

For the story, Carruades de Lafite is always written with a « S » because it is about Carruades (stone quarries) plateau, adjoining to the castle. Since the 17th century, Lafite’s castle had been the Rotschild Family property. The family bought the Carruades plateau in 1845. It was already producing its own wine. Rotschilds decided this wine to become their second wine and called it « Moulin des Carruades ». The wine was named « Carruades de Lafite » un 1980, only 30 years ago.

There is 20 to 30 000 cases of Pauillac Carruades de Lafite per year (15 000 cases for 1er Cru Château Lafite-Rotschild). It is made by Cabernet-Sauvignon, Merlot, Carbernet Franc and Petit Verdot (this name is so cute!). 80% of the wine is aged in barrel from 16 to 20 months.



2009 vintage was harvested a little bit late in September. That brings it ripe tanin taste which is hopeful for aging. To have a perfect tasting, I put the wine in a decanter for half and a hour, enough time to taste white wines from chinese market with cold hoers-d’oeuvre. Château Lafite website advises 2 hours for decantation and a temperature tasting between 16 and 18°C. I think this wine needs it, the last sips prouve it !

Despite the impatience, the tasting is enjoyable and informative. The scent of violets, the smell of bitter almond, purple color … all things are there where we are waiting for them. The paradox advantage / disadvantage of the wellknown wine is the discovery / confirmation of what is said about these famous wine.

Indeed, I can confirm that this is a wine with great aromatic quality, each flavor has its place, the tannin is ripe, the « mash » is nice and round like a velvet veil. At the same time, I discovered the delicacy and elegance of the wine, as I appreciate the company of a gentleman in the evening. Can you flirt with a wine?

Taiwanese restaurant : Jing TaiWan (Gold Taïwan)
219 Wending road, Xuhui district, Shangh
ai

Caballo Loco 13

Le Caballo Loco n°13



Le Caballo Loco n°13 est un vin chilien issu du système Solaris. Brett Jackson, le winemaker de la Vina Valdivieso, a mis au point ce grand vin grâce aux nombreux domaines que possède la maison Valdivieso. En effet, cette dernière possède des terres du nord au sud du Chili. Ainsi, Brett choisit chaque année d’assembler les meilleurs vins pour en faire un nouveau numéro (ou pas). Puis il garde une partie de ce vin pour l’assembler avec le vin au numéro suivant. Vous me suivez ?

Par exemple, dans le Caballo Loco n° 13, il y a presque 50% du vin issu du Cabollo Loco n°12. Dans le n°12, il y a presque 50% du n°11, dans le numéro 11, il y a du n°10… Plus le numéro du Caballo Loco est élevé, plus il est intéressant.

Mais un numéro ne correspond pas à un millésime. D’abord parce que légalement ce n’est pas possible avec du vin issu des vendanges précédentes. Et puis parce que selon la qualité des vendanges, il n’y a pas un nouveau numéro chaque année.

Bref, tout cela pour dire que ce vin est d’une complexité aromatique détonante ! Dès l’ouverture, c’est de la poudre de fusil qui nous saute au nez, puis doucement viennent les épices chaudes comme le poivre et le musc, la fraîcheur du réglisse, le bouquet suave de roses. Et c’est magnifiquement changeant jusque 4 heures après l’ouverture.

En bouche, c’est tout aussi complexe. Je ne retiendrais que la cerise noir et les fruits mûrs, un fond de poivron et la douceur du tanin qui finit longuement sur une note de confiture de datte. Le tout avec un goût de vin bien sûr.

Pour déguster un tel vin, je suis retournée chez Noble House (restaurant installé dans un manoir espagnol de Shanghai). Et comme à chaque fois, les mets que j’y ai dégusté furent à la hauteur du vin.

Assiette de charcuterie séchée en cheminée

Assiette de charcuterie séchée en cheminée

Verre de Chardonnay, poisson séché en sauce aigre-doux, consommé de baby chou chinois et noix de Saint-Jacques

Verre de Chardonnay, poisson séché en sauce aigre-doux, consommé de baby chou chinois et noix de Saint-Jacques

Noble House
Building n°1, n°46 Anting road, Xuhui district, Shanghai

The Caballo Loco number 13 is a Chilean wine made with Solary system. Brett Jackson, the winemaker for Vina Valdivieso, has developed this great wine thanks to the many vineyards that Valdivieso has. Indeed, it owns lands from north and south of Chile. Thus, Brett chooses each year to assemble the best wines to make a new number (or not). Then he keeps part of this wine to assemble with the next number wine. Following ?

For example, in the Caballo Loco number 13, there is almost 50% of the wine from Cabollo Loco number 12. In No. 12, there is almost 50% of No. 11, in No. 11, there is No. 10 … Higher is the Caballo Loco’s number, more the wine is interesting.

But number does not match with a vintage. First, because legally it is not possible with the wine assembled with previous vintages. And because according to the quality of the harvest, there is not a new issue every year.

Anyway, this wine is an explosive aromatic complexity! Upon opening, this is the gunpowder that jump in the nose, then gently come hot spices like pepper and musk, the freshness of licorice, sweet bouquet of roses. And it is beautifully changing up to 4 hours after opening.

In the mouth, it is equally complex. I would remind the black cherry and ripe fruits, a background of pepper and the sweetness of tannin which eventually hold a note of datte jam. With a wine taste of course.

To taste this wine, I went back to Noble House (restaurant in a Spanish mansion in Shanghai). And as always, the food that I tasted there were at the height level of the wine.

Noble House
Building No. 1, No. 46 Anting Road, Xuhui District, Shan
ghai